Emploi

quand l’économie française du ski file tout schuss vers l’abîme

Notez cet article


À en croire les statistiques sectorielles, le marché du ski en France ne se porte pas si mal. Les observations pour la saison 2018-2019 de Domaines skiables de France (DSF), la chambre professionnelle qui regroupe plus de 250 domaines skiables français, font état d’une économie compétitive et robuste.

Extrait du rapport 2019 de l’Observatoire des domaines skiables de France.
Domaines-skiables.fr

Si l’on se fie à ces statistiques, qui sont parfois sujettes à controverse, l’activité serait à l’origine de la création d’environ 18 000 emplois directs, auxquels il conviendrait d’ajouter près de 120 000 emplois induits en station. Selon cette même source, les recettes de fréquentation dépasseraient les 1 400 millions d’euros, et la contribution du secteur aux exportations commerciales françaises serait estimée à 2 milliards d’euros.

Enfin, avec 53,4 millions de journées-skieurs (l’étalon officiel qui mesure l’attractivité des domaines skiables à partir de la comptabilisation des visites de personnes ayant effectivement skié dans une journée, indépendamment du prix payé et du temps passé sur les pistes), la France est (très) confortablement installée dans le trio de tête mondial des destinations de ski, podium qu’elle partage – après l’avoir longtemps dominé – avec les États-Unis et l’Autriche.

Il faut dire qu’au jeu de la compétition internationale, la France dispose de deux puissants avantages concurrentiels. D’une part, un avantage comparatif naturel, avec de beaux massifs de moyenne et haute montagne adaptés à la pratique des sports d’hiver. D’autre part, un avantage structurel hérité de l’ambitieux plan neige des années 1960 et 1970, séries de mesures qui ont permis de doter la France de domaines skiables, d’infrastructures de transport et de stations aménagées pouvant accueillir des millions de skieurs.

Une filière aux maux structurels

Pour autant, la bonne santé de l’économie du ski ne résiste guère à une analyse plus poussée tant l’édifice se fissure de toutes parts. Revenons d’abord sur la question de la fréquentation, mais cette fois-ci selon une perspective dynamique.

Variations de la fréquentation dans les différents pays alpins.
Remontées mécaniques suisses/Bilan de la saison 2018/2019

Quand on étudie l’évolution de la fréquentation sur 15 ans, on s’aperçoit que celle-ci a stagné, voire même légèrement décroché (-1 %). Sur la même période, la France s’en tire mieux que la Suisse (-11 % sur la période, mais en progression de 13 points sur les deux derniers exercices), mais nettement moins bien que ses concurrents états-uniens (+2,5 %), italiens (+5 %) ou autrichiens (+6,5 %)… Considérés au global, les chiffres de fréquentation révèlent un marché mature.

Problème : les maux structurels qui l’accablent pourraient bien entraîner la filière française sur la voie de la décroissance. Trois d’entre eux nous paraissent particulièrement sérieux.

Le premier concerne le taux de pénétration de la pratique au sein de la population locale. Cette dernière constitue le principal vivier de skieurs, pour des raisons à la fois de facilité et de coût d’accès. En France, pourtant destination prisée, seuls 28 % des skieurs viennent de l’étranger. On comprend dès lors que les perspectives de croissance du marché français reposent en grande partie sur sa capacité à développer et renouveler le vivier de skieurs nationaux.

Or, seulement 13 % de la population française s’adonne aux sports d’hiver, et encore, pas toujours de façon régulière (8 %). À titre de comparaison, la Suisse est à 34 %. On mesure dès lors à quel point le renchérissement de la pratique, mais aussi le vieillissement des pratiquants réguliers (faute, en partie, de n’avoir sur éveiller la jeunesse à la pratique, notamment via les classes de neige), est un péril mortel pour la filière française.

Les enfants en classe de neige au Lioran, dans le Cantal, en 1972 (INA Styles).

Le deuxième problème est lié au modèle de développement immobilier des stations. Avec près de 3 millions de lits, dont seulement la moitié sont considérés comme « chauds » (c’est-à-dire occupés au moins 3 semaines dans l’année), la France dispose, au moins sur le papier, d’une surcapacité d’accueil. Or, de trop nombreux logements ne correspondent plus aux nouveaux standards de marché, la clientèle privilégiant désormais de plus grands espaces dans des résidences à haut niveau de service.

Les coûts de rénovation, mais aussi de coordination entre des copropriétaires aux situations hétérogènes, font le jeu des promoteurs qui multiplient les projets de nouvelles constructions. Contribuant de facto à augmenter le nombre de lits froids en déclassant les anciens logements, et à créer aujourd’hui les friches de demain.

Enfin, le troisième problème concerne évidemment la baisse de l’enneigement liée au réchauffement climatique. En France, le Centre d’études de la neige a montré que la hauteur moyenne de neige sur la période 1990-2017 a baissé de 40 cm par rapport à la période 1960-1990. Cela peut varier en fonction de l’altitude, des microclimats, et d’années d’enneigement exceptionnel, mais la tendance est là et les stations de moyenne altitude figurent en première ligne.

Pas plus tard que le 2 mars, la station de ski du Mont-Dore, à 1 050 mètres d’altitude, dans le Puy-de-Dôme, a été placée en redressement judiciaire à sa demande. Le manque de neige sur le massif du Sancy avait conduit, ces six dernières années, à une baisse de 20 % du nombre de journées-skieurs.

Selon les projections de l’Institute of Snow and Avalanche Research de Davos, à horizon 2050-2080, la neige aura quasiment disparu dans les Alpes françaises entre 1200 et 1800 mètres d’altitude en fonction des hypothèses de réchauffement retenues.

Enfin, comment ne pas citer les travaux qui montrent que, selon les hypothèses de réchauffement climatique retenues, seulement 8 à 13 sites sur les 21 qui ont accueilli les Jeux olympiques d’hiver depuis 1924 seront encore en mesure de le faire à horizon 2050 et 2080.

Un tout schuss vers le précipice

Face à ces problèmes structurels, les « solutions » envisagées ou mises en place par la filière française nous paraissent, pour le moins, inadaptées, voire contreproductives.

Pour faire face au problème d’enneigement, et se couvrir au mieux face aux aléas climatiques, la France s’est dotée d’un réseau de neige de culture qui couvre aujourd’hui 37 % des domaines skiables. Notons d’abord nous sommes à la traîne de nos voisins européens qui oscillent entre 48 % pour la Suisse, 60 % pour l’Autriche et 70 % pour l’Italie.

Ensuite, rappelons que si l’eau nécessaire à la production de cette neige de culture est « empruntée » aux réserves locales avant de leur être rendue via la fonte des neiges, les conflits d’usage avec l’eau potable ne sont pas des cas isolés.

Enfin, les projets de ski sous dôme à Tignes (2100 mètres d’altitude !) ou autres livraisons de neige héliportées qui se multiplient ces dernières années apparaissent comme des actions désespérées, dont on mesure encore mal les impacts désastreux qu’elles pourraient avoir sur l’image d’une économie forcément écornée à l’heure de la montée de considérations climatiques dans la population.

Bientôt une piste couverte à Tignes ? (8montblanc Officiel, 2017).

Et alors que l’incapacité de la neige de culture à pallier le déficit d’enneigement naturel à horizon 2030-2050 dans 15 à 20 % des stations alpines et pyrénéennes est avancée par des chercheurs du Centre d’étude de la neige, qui peut dire que la perspective de skier sur des bandes blanches au milieu de la verdure enthousiasmera les skieurs ? Sans même parler de la pratique de ski hors-piste rendue caduque et/ou particulièrement dangereuse en dessous de 2500 mètres d’altitude…

Pour faire face au problème de fréquentation, et à la pression concurrentielle exercée par les grandes stations internationales, la filière française et les tours opérateurs se sont largement tournés vers la clientèle étrangère aisée, pour l’essentiel britannique (10 % de la clientèle des massifs français en 2018/19), russe ou asiatique. Or, une telle stratégie pose deux problèmes majeurs. D’une part, il s’agit d’une clientèle difficile à fidéliser.

On ne sait encore rien des conséquences du Brexit sur la fréquentation des massifs français, mais l’inquiétude est palpable dans les stations qui ont largement misé sur cette clientèle pour alimenter ses pistes, mais aussi ses programmes immobiliers. Rien ne dit également que l’Asie sera capable de développer une culture du ski et que ses skieurs iront durablement et massivement skier en Europe quand l’Asie se sera dotée de grandes stations modernes.

Une livraison de neige par hélicoptère à Luchon, dans les Pyrénées en février 2020.
Anne-Christine Poujoulat/AFP

Deuxièmement, aller chasser les skieurs à l’autre bout du monde, c’est les faire venir en avion avec un bilan carbone (et des problématiques d’image) désastreux, et des aéroports régionaux largement subventionnés pour gérer l’accueil de ces « charters des neiges ».

Les solutions pour assurer l’accueil de cette clientèle exigeante se conjuguent avec celles envisagées pour lutter contre le problème structurel de lits froids. C’est ainsi que les (projets de) constructions de méga complexes et de résidences de standing dans nos massifs se multiplient. Or, construire de tels complexes en très haute montagne, c’est mettre les ressources naturelles sous tension pour les alimenter en eau et en électricité.

Et construire de tels complexes dans un contexte de surcapacité d’accueil et de stagnation (voire de déclin) du nombre de skieurs, c’est la certitude de faire grossir le taux de lits froids, et le risque d’alimenter une bulle spéculative autour du prix des actifs. Voilà une stratégie court-termiste dont les promoteurs immobiliers, et les élus locaux avec qui ils entretiennent des relations très étroites, sont in fine les seuls bénéficiaires.

Ajoutons à cela les multiples gesticulations des maires et autres exploitants de domaines pour diversifier les activités (culture, balnéothérapie, centres aqua-ludiques, etc.) sans savoir quel impact cela aura sur le choix des destinations, communiquer sur des superlatifs (par exemple, en créant l’escape game le plus haut d’Europe à Val Thorens), ou connecter des domaines déjà vastes au moyen d’imposants téléportés comme c’est par exemple projeté pour les Deux Alpes et l’Alpe d’Huez, et vous obtenez un ensemble d’actions non coordonnées qui ressemblent à s’y méprendre à un tout schuss vers l’abîme et un apocalypse snow économique de plus en plus probable.

Escape Game le plus haut d’Europe (Val Thorens, avril 2018).



Julien Pillot, Enseignant-Chercheur en Economie et Stratégie (Inseec U.) / Pr. et Chercheur associé (U. Paris Saclay), INSEEC School of Business & Economics

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons.

Autres articles à lire

les classes populaires paient-elles le plus lourd tribut au coronavirus en France ?

adrien

les étudiants alternants plus précieux que jamais

adrien

Qualité de l’emploi et fidélisation des apprentis du supérieur : un duo gagnant

adrien

Les nouvelles formes d’expression et de dialogue dans les entreprises

adrien

Et si les coûts des congés maternité et paternité étaient mutualisés ?

adrien

Semaine de quatre jours : la France doit-elle s’inspirer de la Nouvelle-Zélande ?

adrien